COMMENT LE DÉPARTEMENT LUTTE
contre la tuberculose bovine

Alors que le Calvados est passé au niveau 3 du dispositif de surveillance de la faune sauvage (SYLVATUB), le Département poursuit son engagement dans la lutte contre la propagation de la maladie sur son territoire à travers une convention tripartite et son soutien aux agriculteurs.

25 mars 2021

La qualité sanitaire des élevages bovins permet de garantir l’état sanitaire du territoire mais aussi le maintien de la compétitivité économique des exploitations au travers de la poursuite des échanges commerciaux.

Si elle peut infecter de nombreuses espèces domestiques et sauvages telles que les bovins, les cervidés, les sangliers, les renards ou encore les blaireaux, particulièrement vecteurs de la maladie, la tuberculose bovine peut également être transmissible à l’homme.
Alors que le Calvados n’avait connu aucun cas depuis 2004, un foyer a été détecté en décembre 2013 en Suisse normande.
Depuis lors, les territoires du Calvados, de l’Orne et de la Manche font l’objet d’une surveillance sanitaire bovine pour éviter la propagation de la maladie. Au total, se sont plus d’un tiers des exploitations bovines allant de la Suisse normande au pays d’Auge, qui font l’objet de cette surveillance renforcée.
Malgré ces efforts, des nouveaux cas ont été détectés en début d’année dans 5 exploitations calvadosiennes, induisant l’abattage de plus de 1 000 bovins.
La récente découverte d’un blaireau infecté par la tuberculose laisse penser que la circulation de la maladie transite également par le faune sauvage. Les services de l’État, le Groupement de Défense Sanitaire, Labéo, les vétérinaires et le Département du Calvados poursuivent et renforcent leurs actions afin de maintenir la qualité sanitaire des élevages calvadosiens.

Une action tripartite

Dans ce cadre, la réalisation d’une surveillance tuberculose au sein de la faune sauvage a été mise en place dans le Calvados. Elle se traduit notamment par la signature d’une convention avec la Direction Départementale de la Protection des Populations du Calvados (DDPP 14) et le Pôle d’analyses et de recherche Labéo pour améliorer la collecte, tout au long de l’année, des blaireaux morts dans la Zone de Prophylaxie Renforcée afin d’établir une cartographie de la contamination chez la faune sauvage.
À travers cette convention, le Département s’engage à ramasser les blaireaux morts trouvés sur le bord des routes départementales à l’intérieur du périmètre de la zone afin qu’ils soient analysés au laboratoire départemental agréé.

Soutenir les agriculteurs

Le dépistage des bovins se fait au travers de campagnes annuelles. Lorsqu’un animal est testé positif, il est abattu pour test de confirmation. La confirmation du test d’un animal entraîne alors l’abattage total du troupeau.
Dans le cadre de sa politique agricole et grâce au partenariat mis en place depuis de nombreuses années avec le Groupement de Défense Sanitaire (GDS) du Calvados, le Département a fait le choix depuis 2018 de venir compléter l’indemnisation de l’État d’une aide directe de 1 € par bovin testé afin que le reste à charge lié au dépistage soit réduit pour les exploitants agricoles. Ainsi, en 2020, 45 000 € d’analyses de recherche liées à la tuberculose ont été financés par le Département.

Au total, dans le cadre de sa politique sanitaire, en collaboration avec le GDS et LABÉO, ce sont plus de 500 000 € d’analyses prises en charge par le Département permettant de maintenir la qualité sanitaire des élevages du Département.

LIRE AUSSI

Une journée à la ferme de l’Oraille

Une journée à la ferme de l’Oraille

Au cœur du Pays d’Auge, à Douville-en-Auge, Sabine et Gilbert Houlet produisent et transforment le lait de leurs vaches en crème, fromages, yaourts… Calvados Magazine a visité, le temps d’une journée, les coulisses de l’exploitation familiale pour découvrir la vie à la ferme… et quelques secrets de fabrication.

lire la suite
Share This