L'E-magazine de votre Département

Le clavecin au bout des doigts

Thibault Guilmin est l’un des rares facteurs de clavecin que compte la France. Installé à Morteaux-Coulibœuf, il y exerce son métier avec passion et savoir-faire traditionnel.

J’ai une passion pour la musique depuis que je suis tout petit. À 4 ans, je regardais la messe à la télévision, juste pour écouter l’orgue jouer ». Lorsqu’il entre en CP, Thibault Guilmin débute l’apprentissage du piano. Il intègre ensuite la chorale de son collège et choisit même l’option musique lorsqu’il passe son BAC scientifique. Alors que sa voie semble tracée, le jeune homme poursuit pourtant des études en ingénierie des équipements agricoles et décroche son BTS. « Je ne pratiquais plus beaucoup la musique et il me manquait quelque chose. Il y avait comme un trou dans ma vie ». Thibault opère alors un changement de cap et se lance dans des études de musicologie à l’université de Rennes. Parallèlement, il s’inscrit au conservatoire où il apprend à jouer deux instruments : l’orgue et l’euphonium*. « Je voulais un métier qui allie musique et technique car je suis manuel, alors j’ai décidé d’aller vers la facture instrumentale ».

La technique au service
de la musique

Alors qu’il prépare son Brevet des Métiers d’Art en facture de piano à l’Institut technologique européen des métiers de la musique au Mans, Thibault effectue un premier stage chez Philippe Jolly, facteur de piano installé à Paris. Une rencontre déterminante pour la vie professionnelle du jeune passionné d’instruments. « Ce fut une révélation pour moi. Il créait des pianos et j’admirais sa façon de travailler, son côté recherche et technique… ».

Mais c’est une autre rencontre qui détermine le choix de Thibault Guilmin : celle de Claude Mercier-Ythier, une référence du métier de facteur de clavecin, chez qui le jeune homme effectue son apprentissage, à Paris. « Je connaissais peu le clavecin et je suis tombé dans un univers magnifique, face à un homme incroyable, le plus ancien facteur de clavecin, qui m’a transmis sa passion et son flambeau ». À la fin de son apprentissage le jeune homme décide de devenir, lui aussi, facteur de clavecin et de s’installer.

Très vite son choix se porte sur sa terre natale, le Calvados, près de sa famille et ses amis. « Je savais que quel que soit l’endroit où je m’installerais, j’aurais du travail». En 2017, la Maison Guilmin ouvre ses portes à Morteaux-Coulibœuf. Aussitôt, le conservatoire de Caen sollicite le jeune facteur pour qu’il devienne l’accordeur des instruments de l’établissement et de l’orchestre de Caen. Désormais, Thibault Guilmin restaure, répare, accorde, règle et harmonise clavecins et pianos dans son atelier, mais aussi un peu partout en France, et compte parmi la trentaine de facteurs de clavecin qui exercent dans l’Hexagone.

 « Ma passion pour le clavecin ne se dément pas. J’aimerais d’ailleurs désormais créer mes propres clavecins ».

* Instrument de la famille des cuivres, à perce conique, appelé également tuba ténor.

Le saviez-vous ?

Thibault Guilmin fait partie des 14 coups de cœur So14 2019 du Département du Calvados. Retrouvez-les sur www.calvados.fr

Share This