L'E-magazine de votre Département

AU COLLÈGE LES SOURCES D’AURE A CAUMONT-SUR-AURE

Des mesures au quotidien pour protéger
les collégiens, les enseignants et les agents

AU COLLÈGE LES SOURCES D’AURE A CAUMONT-SUR-AURE

Des mesures au quotidien pour protéger
les collégiens, les enseignants et les agents

La réouverture des établissements scolaires a nécessité une organisation minutieuse pour mettre en place les mesures barrières dans tous les locaux. Témoignages sur cette période particulière au collège Les Sources d’Aure à Caumont-sur-Aure.

Photos : ©Thierry Houyel

Ici comme partout ailleurs, les élèves ont dû s’habituer rapidement aux nouvelles dispositions. Leur faculté d’adaptation a surpris tout le monde. Grazielle Noël, principale du collège, observe : « Nous pensions qu’ils allaient avoir du mal à accepter le port du masque, les distanciations dans la cour et les nouvelles règles d’hygiène. Nous leur avons tout expliqué à leur arrivée et, dès le deuxième jour, ils ont pris leurs marques sans problème».

Une équipe de crise pendant le confinement

Mais les préparatifs de cette opération inédite n’ont pas été de tout repos. La principale poursuit : « Nous avons d’abord dû gérer l’organisation des cours pendant le confinement. J’ai mis en place une équipe de crise avec les enseignants et le personnel administratif. Tout le monde a été très efficace. J’ai la chance d’avoir des gens investis autour de moi. Nous étions vraiment dans l’inconnu et nous avions peur que les élèves décrochent. Nous avons instauré un tableau de suivi et des bilans hebdomadaires. Nous avons été satisfaits des résultats puisque 80 % des élèves ont rendu régulièrement les devoirs et ont échangé avec les professeurs. Tous nos enseignants ont aussi accepté de ne prendre qu’une semaine de vacances en avril pour pouvoir aider les élèves en difficulté et maintenir le lien avec les classes ».

 

Reprendre et assurer la sécurité sanitaire de tous

Pour la reprise, Graziella Noël a pris contact avec d’autres responsables de collèges du Calvados. « Nous avons partagé nos idées sur les protocoles sanitaires et sur le rythme à adopter. Les équipes administratives ont travaillé ensemble pour trouver des solutions sur la circulation dans les locaux, la distanciation, l’installation des bureaux dans les classes. Nous avons décidé de faire venir les élèves un jour sur deux, de séparer les espaces, de flécher les entrées et les sorties, de laisser toutes les portes ouvertes, d’enlever les meubles superflus. Nous avons fermé les espaces pour lesquels nous n’avions pas de solution. Par exemple, le CDI a été fermé mais notre documentaliste va au-devant des collégiens pour leur proposer de la lecture à voix haute, ou le prêt de livres en mode drive ».

Photos : ©Thierry Houyel

Photos : ©Thierry Houyel

Dans les cuisines et à l’entretien aussi, on s’organise

Philippe Frémont, chef cuisinier, a changé toutes ses habitudes. « Pour éviter les manipulations, nous n’utilisons plus le distributeur de plateaux, nous emballons les couverts individuellement avec une serviette en papier, nous servons chaque élève à l’assiette. Les équipes ont été redéployées différemment car nous devons prendre en compte le temps de nettoyage. Et pour la conception des plats, nous innovons aussi. Finis les desserts dans des grands plats, tout est en parts individuelles». Sa collègue, Virginie, poursuit : « Nous avons aussi réaménagé la salle pour le déjeuner avec des tables individuelles suffisamment espacées. Et ce déménagement, nous l’avons fait en une journée. Tout le monde a été très solidaire ». Et Philippe de souligner : « Toute l’équipe administrative était présente pour nous aider. Ils avaient déjà tout préparé en amont ».

Les équipes d’entretien : Valérie, Isabelle et Christelle, interviennent au moins 3 fois par jour pour nettoyer tous les points de contact : rampes, interrupteurs, surfaces, poignées de portes, mais aussi les bureaux, les tables… Pierre à la maintenance s’est occupé du traçage au sol et vérifie tout le matériel.

Elèves : un retour entre vigilance et retrouvailles

Mathis, 11 ans ½, élève de 6ème, a trouvé cette reprise « assez bizarre ».
« Ça nous a surpris de nous retrouver à 8 ou 10 par cours. Mais c’est mieux pour rattraper le retard que nous avons pris pendant le confinement. Et puis, comme nous ne sommes pas nombreux pendant les cours, tout le monde peut répondre aux questions et pas seulement les meilleurs comme avant. Il faut juste prendre l’habitude de parler un peu plus fort et de bien articuler avec les masques. Nous nous lavons les mains beaucoup plus souvent et restons calmes dans la cour. On ne joue plus au ballon mais on discute ».
Constance, élève de 6ème, a trouvé l’organisation des cours à distance pendant le confinement assez compliquée au début.
« C’était difficile de ne pas avoir nos professeurs en face pour poser des questions. Par contre, nous étions plus libres pour nous organiser dans la journée. Ce sont la récré et les amis du collège qui me manquaient beaucoup. Nous parlions par les réseaux sociaux mais c’est différent. Le retour en classe m’a fait plaisir. J’ai trouvé les consignes assez simples. Il faut juste changer nos habitudes. Je suis tout de même impatiente de pouvoir rejouer comme avant dans la cour ».

Des professeurs impliqués pour assurer le suivi pédagogique

Ronan Françoise, professeur de SVT, constate que le travail à distance a été bien suivi dans l’ensemble.
« Nous avons même pu planifier des classes virtuelles avec une vingtaine d’élèves à chaque fois. Mais nous avons tous senti qu’il fallait reprendre les cours dès que possible, il y avait une urgence pédagogique. La reprise a été très bien organisée par l’équipe de direction et les agents. Nous avons trouvé tout en place dès notre arrivée. C’est très rassurant de voir que tout a été bien pensé. Du côté des enseignants, nous nous adaptons avec des petites astuces comme par exemple un stylo laser pour indiquer quelque chose sur une copie sans approcher les élèves ».
Aurélie Labatut, professeur de français et de latin, avait mis en place des activités pour ses élèves pendant le confinement.
« Avec les autres professeurs de français du collège, nous avons échangé pour proposer un programme cohérent et harmonisé. Lors de nos cours en visioconférence, nous avons réussi à construire un poème collectif. C’est une activité qui a plu aux élèves. Malgré tout, il était essentiel de reprendre les cours pour éviter aux collégiens des comportements de repli. Nous avons eu la chance que tout soit bien organisé. Le protocole est très rassurant. Néanmoins, j’attends avec impatience un retour à la normale car il y a comme une frustration pédagogique pour les enseignants».
Share This